Confidences

Tout ce qui ne peut se dire... qu'entre nous.

12 avril 2006

Quand c'est trop dur

82004Quand le chocolat ne suffit pas, alors on prend la voiture et on s'arrache.

C'est pourquoi hier soir j'ai parcouru environ 170 km x 2 pour aller faire une balade de deux heures dans les bois.

Après quelques hésitations, des pensées comme "tu es ridicule, tu dois rentrer chez toi et passer la soirée à la maison".  Ce à quoi j'ai répondu "pourquoi ? je suis seule et j'en ai envie alors..." S'en est suivi une espèce de révélation : je m'interdis moi-même de profiter de ma liberté.  Pourtant il n'y a personne pour venir me faire la leçon et critiquer mes lubies.  Je m'enferme moi-même dans un schéma de vie.  Mais depuis combien de temps je fais ça ? Bon sang, c'est comme si je m'empêchais moi-même de vivre !

Il faisait déjà nuit quand je me suis arrêtée de marcher.  Mais heureusement je n'ai pas croisé de grand méchant loup.  Juste un arbre sur lequel je me suis appuyée un moment, quelques oiseaux qui chantaient, et le lac avec son eau si claire. Ils ont tous accompagner mes réflexions, doucement.

Ensuite, je suis remontée dans ma cacahuète à moteur pour rentrer tranquillement à la maison. Le chien, lui, était heureux de me voir.

J'ai donc passé plus de temps dans la voiture qu'à me promener. Et sans doute que mon père trouverait ça complètement idiot (une expression qu'il utilise souvent en ce moment).  Mais ce n'est pas idiot de se mettre entre parenthèse quelques heures.

Au contraire, ça m'a fait un bien fou et j'ai ramené avec moi un grand sourire qui me tiendra chaud pendant quelques jours.  Enfin je l'espère....

Posté par confidences à 15:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire