Confidences

Tout ce qui ne peut se dire... qu'entre nous.

17 novembre 2006

Quelle naïve !

Il ne faut pas commettre cette erreur, croire ce monumental bobard qui consiste à nous faire croire qu’on peut s’épanouir dans son travail.

Chez nous, la spécialité est de faire miroiter des possibilités qui n’aboutissent pas.
Comme de vous faire préparer un superbe dossier pour un projet, d’obtenir la subvention et de vous faire travailler dessus jusqu’à 22 h encore la semaine dernière alors qu’on négocie déjà ailleurs la personne qui s’en occupera à l’avenir.  Celle qui n’a plus assez de travail et qu’il faut bien occuper.  Celle qui arrivera quand tout les aménagements seront fait, les marchés traités, les installations terminées.  Celle qui n’aura plus qu’à s’asseoir le « cul dans le beurre ».

Ils peuvent continuer à se demander pourquoi je n’ai rien à leur dire depuis ce matin, pourquoi j’ai rangé le dossier dans l’armoire.  Je n’ai pas envie de desserrer les dents. 

Peu m’importe.  Je n’y écrirai plus une ligne, je ne prendrai aucune initiative.  Tout restera en l’état.  Cette fois encore je me suis faite avoir.

Je dois vraiment arrêter de croire que ce travail pourra m’apporter un jour autre chose qu’un salaire, assez moyen en plus.

Posté par confidences à 16:40 - Vie au bureau - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

  • Courage :-)

    C'est vrai qu'on a parfois l'impression d'être trahi(e) au boulot. Ça fait malheureusement partie du jeu. Peut-être faut-il d'abord se faire plaisir, s'auto-féliciter en se disant que le travail qu'on réalise est de qualité... et que ça finira par payer. Non ?

    Posté par saturnerifo, 29 novembre 2006 à 14:21
  • Où es-tu Confidences?

    Posté par Lu, 20 décembre 2006 à 19:53

Poster un commentaire