Confidences

Tout ce qui ne peut se dire... qu'entre nous.

15 février 2006

La fancy Fair

Dimanche, 13h20, je reçois un sms « n’avez-vous pas oublié la fancy fair des enfants ? la séance est à 14h ».

Comment je pourrais oublié la fête de l’école, mon filleul sur scène – il adore ça – et la première représentation de sa petite sœur ?

Comment ma sœur peut-elle penser que j’oublierais ce petit blondinet qui me saute dans les bras dès qu’il me voit en disant « Marraine, je t’aime, tu m’as tellement manqué ! »

Ma sœur perd la tête… moi pas.

Enfin je crois.

Et donc…

Le petit blondinet est resté sur mes genoux pendant toute la séance des « petits », sauf lorsque sa petite sœur (3 ans) dansait, pour me permettre de prendre des photos. Elle a fait ça très sérieusement, sans le moindre faux pas ni le moindre sourire… question de concentration.

Le tour de mon filleul est venu plus tard dans l’après-midi.  Sur le thème de Bourvil, avec son petit béret il était comique.  Comique mais pressé ! Un peu en avance sur tout le monde, avec toujours un regard vers la salle pour essayer de nous repérer et faire un petit signe.  Car il veut être sûr qu’on le regarde, qu’on le voit bien. Et surtout qu’on le félicite.  Dans une trentaine d’enfants qui bougent en musique sur une scène, il est très facile à repérer : c’est le plus dissipé !

Nous avons eu une grande discussion, très sérieuse, sur son nouveau dessin animé préféré.
« Comment Marraine ? tu ne l’as pas vu sur Jetix ? » Non, hélas, j’ai repris le travail, j’ai beaucoup moins de temps pour les dessins animés.

Il m’a aussi présenté une petite fille : « viens marraine, voilà, c’est E… E, regarde, c’est ma marraine ».  Très officiel tout ça ! E. est sa petite voisine de banc, mignonne comme tout et très gentille.  Il l’aime bien mais ce n’est pas sa fiancée.  Sa fiancée, c’est C. et d’ailleurs il va lui offrir une rose à la St Valentin.  Mais je sais que C. ne veut pas lui prendre la main à la récréation.  Alors je fais l’innocente en demandant « mais qui est la plus gentille avec toi ? E. ou C. »

Les histoires de cœur sont les mêmes quand on a 6 ans que quand on grandit.  Il veut C. mais c’est E. qui est la plus gentille et qui joue avec lui ! Je devrai peut-être lui expliquer une ou deux choses, histoire qu’il n’ai pas son petit cœur brisé trop tôt !

Posté par confidences à 14:31 - VIe de famille - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    Jolie histoire attendrissante...Et quelle belle complicité avec ton filleul! Il doit en avoir de la chance d'avoir une marraine comme toi!! sourire. Ces relations privilégiées sont de purs moments de bonheur et il faut en profiter pleinement...
    Amicalement
    Miss julie

    Posté par Miss julie, 15 février 2006 à 17:02

Poster un commentaire